L’entrepreneuriat et la poursuite d’études

Lean Startup

Le goût de l’entrepreneuriat est développé très tôt dans le cursus. L’aspect responsabilisant de la formation donne rapidement à chacun l’envie d’aller plus loin, de dépasser ses limites et pourquoi pas de créer sa propre entreprise, conséquence directe de la pédagogie par projets. Aujourd’hui, le taux de création d’entreprises par des étudiants d’IN’TECH est similaire à celui des diplômés issus des grandes écoles de commerce.
Un spécialiste du Lean Startup, une approche spécifique pour créer et gérer une start-up, anime plusieurs modules de cours à IN’TECH pour enseigner la méthodologie lean. Il se rend également disponible pour tous les étudiants qui le souhaitent, lors de séances de coaching individualisées.

Porter un projet de création d'entreprise à l'école

L’accompagnement à la création d’entreprise est un engagement fort de l’école. Pour stimuler l’innovation, un dispositif est proposé aux étudiants d’IN’TECH permettant de poursuivre leur alternance au sein de leur propre entreprise, pendant son lancement.
Une telle opportunité est conditionnée par une étude approfondie durant laquelle les étudiants sont soutenus et conseillés par l’équipe pédagogique et des professionnels reconnus dans différents domaines d’activités de l’entreprise. Les futurs entrepreneurs doivent apporter des réponses à des questions essentielles qui ne peuvent laisser place aux suppositions : valeur ajoutée par rapport à l’existant, innovation technologique, réponse à un besoin, tests et les utilisateurs potentiels, prix, canal de distribution, plan de communication, démarche commerciale et marketing, etc.
Pour les alternants de dernière année, le séminaire “Naissance d’une entreprise” est un serious game orienté création d’entreprise. Pendant une semaine, les étudiants réunis en équipes doivent imaginer une solution innovante pour des clients finaux, de l’idée originale au lancement marketing, en passant par la rédaction d’un business plan. L’occasion de mobiliser l’ensemble de leurs compétences techniques et de leurs connaissances, en gestion, management de projet, marketing…

Le dispositif "Espoir Entrepreneur" pour se lancer

Ce dispositif propre au Groupe ESIEA propose à des étudiants porteurs de projets une pédagogie sur mesure combinant des enseignements spécifiques avec un emploi du temps adapté et un accompagnement par l’école leur permettant de concrétiser leur projet.
Un référent entrepreneuriat, membre de l’équipe pédagogique, suit et coordonne ces actions, et travaille à l’évolution constante des enseignements qui intègrent des modules de formation complémentaires et innovants. Le Groupe ESIEA participe au groupe de travail “Entrepreneuriat” de la Conférence des Grandes Écoles. Nos écoles sont partenaires des dispositifs locaux de soutien à l’entrepreneuriat Campus Urbain d’Ivry-sur-Seine et NUMA à Paris et le Groupe est membre de la French Tech et des pôles de compétitivité CAP DIGITAL et IMAGES & RÉSEAUX.
J’ai appliqué ce que j’ai appris en termes de gestion de projet pour créer mon entreprise sur des bases vraiment solides. Par ailleurs, j’ai eu la possibilité d’être en alternance dans ma propre entreprise. Aujourd’hui, nous remportons les appels d’offres de grands comptes tels que Lagardère, BNP Paribas ou la SNCF.

Aurélien Goutal, Directeur technique et fondateur de l'agence Soon

Poursuivre ses études au sein du Groupe ESIEA

Les étudiants d’IN’TECH bénéficient d’un accès privilégié aux autres formations du Groupe. Chaque année, plusieurs d’entre eux, passionnés de sécurité informatique, suivent l’un des Mastères Spécialisés de l’ESIEA, accrédités par la Conférence des Grandes Écoles et qui délivrent un diplôme Bac+6. Créé en 2004, le Mastère Spécialisé “Sécurité de l’Information et des Systèmes” de l’ESIEA forme des spécialistes et des futurs responsables de la sécurité de l’information sachant maîtriser l’environnement global lié aux problématiques de sûreté. Cette formation de haut niveau répond à une demande croissante des entreprises et institutions, confrontées à la multiplication des cyber-attaques et à la nécessité d’optimiser la sécurité de leurs systèmes d’information.